Découvrez les 55 noms qui composent la liste « Clermont en commun » menée par Marianne Maximi à Clermont-Ferrand

C’est depuis leur local de campagne rue Montlosier que Marianne Maximi (en rouge) et Diego Landivar (à gauche) ont présenté les 55 noms qui constituent « Clermont en commun » © Francis CAMPAGNONI

Une troisième liste est enfin connue à Clermont-Ferrand dans le cadre des municipales. Il s’agit de celle de Marianne Maximi, à la tête de « Clermont en commun », liste soutenue par La France insoumise et le collectif Nous sommes prêt.e.s.

C’est sûrement le seul point commun qu’elle partage avec le candidat LREM Eric Faidy. Après avoir présenté dans un premier temps 25 noms, Marianne Maximi, à la tête de la liste « Clermont-Ferrand en commun » a levé le voile, ce vendredi, sur les 55 noms qui composent la liste soutenue par la France insoumise et le collectif Nous sommes prêt.e.s.

«Un, deux, trois, Maximiii ». Comme pour toute photo de groupe qui se respecte, il y a les dissipés. Hier soir, depuis la “mairie du peuple”, le constat s’est encore vérifié au moment de la présentation de la liste, menée par Marianne Maximi.

« C’est une liste avec beaucoup de jeunes, à l’image de cette ville avec ses étudiants », indique la candidate de 34 ans. « Mais il y aussi des salariés, des précaires, des cheminots », énumère la tête de liste, forcément fière de ces 55 noms, fruit d’un travail collégial de la part du comité electoral à l’œuvre depuis plusieurs mois.

Jeunesse et expérience

À la jeunesse, Marianne Maximi rajoute aussi l’expérience. Celle des actuels élus d’opposition insoumis au conseil municipal (dont elle fait partie, mais aussi Alparslan Coskun, Florent Naranjo et Laurence Schlienger), celle des anciens élus (comme Fatima Chennouf-Terrasse, élue entre 2001 et 2014) ou des personnes déjà présentes sur la liste d’Alain Laffont six ans plus tôt.

Si « Clermont en commun » est soutenue par La France insoumise et compte près de la moitié de militants insoumis, la liste rassemble des militants écologistes et communistes. Mais aussi des spécialistes, comme l’ingénieur agronome Romain Dureau ou Céline Porcheron, ingénieure spécialiste de l’alimentation durable, qui ont contribué à l’élaboration du programme. A l’instar de l’enseignant chercheur Diego Landivar, numéro 2 âgé de 38 ans et issu du collectif de chercheurs Nous sommes prêt.e.s.

Une crainte autour de l’abstention

À un mois d’un second tour où Marianne Maximi espère constituer une surprise, « Clermont en commun » entend proposer « un autre Clermont pour répondre à l’urgence sociale, climatique et démocratique » malgré une campagne « longue à démarrer. Les gens semblent peu intéressés ». D’où cette crainte : celle de l’abstention les 15 et 22 mars. « On appelle les gens, comme ceux des quartiers populaires, à se mobiliser. » 

Mardi 25 février, à 19 heures, un meeting en présence de Manon Aubry, députée européenne (LFI) se tiendra à la maison du peuple à Clermont-Ferrand.

Les 55 noms de « Clermont-Ferrand en commun »
Marianne Maximi, 34 ans, éducatrice spécialisée ; Diego Landivar, 38 ans, enseignant chercheur ; Fatima Chennouf-Terrasse, 58 ans, aide médico-psychologique, militante pour le droit au logement ; Alparslan Coskun, 55 ans, agent territorial ; Anna Mendez, 21 ans, étudiante ; Florent Naranjo, 35 ans, auto-entrepreneur ; Marie-Christine Belouin, 65 ans, retraitée ; Alain Bidet, 55 ans, artisan, militant du mouvement climatique ; Céline Porcheron, 54 ans, ingénieure spécialiste de l’alimentation durable ; Romain Dureau, 25 ans, ingénieur agronome ; Laurence Schlienger, 52 ans, salariée Michelin, syndicaliste ; Florian Diou, 32 ans, bibliothécaire, militant communiste ; Myriam Zeboudj, 42 ans, employée hospitalière ; Sylvain Pallut, 34 ans, comptable agricole ; Louise Douay, 22 ans, étudiante, syndicaliste ; Georges Bollon, 67 ans, retraité de l’action cinématographique ; Marie-Laure Vaure, 44 ans, sans emploi, gilet jaune ; Romain Lacroze, 24 ans, assistant d’éducation ; Marie Saillard, 60 ans, directrice d’école maternelle ; Alain Foulhoux, 54 ans, agent hospitalier ; Fannie Brigou, 42 ans, gardienne d’immeuble ; Pierre-Antoine Augereau, 33 ans, enseignant, militant associatif ; Nicole Robles, 51 ans, agente territoriale, syndicaliste ; Christian Raynaud, 65 ans, retraité SNCF, syndicaliste ; Noémie Fel, 22 ans, juriste ; Jean-Pierre Serezat, 67 ans, retraité Michelin, syndicaliste ; Agathe Decaster, 31 ans, enseignante ; Adam Borie, 27 ans, juriste ; Khadija Benkourachi, 52 ans, vendeuse ; Tristan Brohan, 34 ans, cheminot ; Marie Lafitte, 30 ans, animatrice périscolaire ; Jean Siry, 71 ans, retraité, militant de l’habitat participatif ; Marion Faure, 23 ans, animatrice ; Pierrick Soupaya, 33 ans, commercial ; Cathy Guerret, 56 ans, en reconversion professionnelle ; Gérard Chovin, 59 ans, photographe ; Emmanuelle Klein, 42 ans, employée d’un bailleur sociale ; Jean-David Bouvier, 36 ans, demandeur d’emploi ; Pascale N’Diaye, 58 ans, adjointe administrative hospitalière ; Paul Baroux, 69 ans, retraité de la fonction publique ; Neïla Hassen, 41 ans, contractuelle, Nicolas Galleazzi, 48 ans, luthier ; Alice Rampal, 21 ans, étudiante en architecture ; Yves Gueydon, 68 ans, militant pour le droit à l’emploi ; Anna Ruiz, 66 ans, retraitée de l’éducation nationale ; Bruno Peghaire, 39 ans, agent d’entretien ; Marie-Paule Osty, 58 ans, assistante sociale ; Bernard Clemencon, 71 ans, historien archéologue ; Mathilde Clavero, 29 ans, demandeuse d’emploi ; Jean-Baptiste Artaud, 35 ans, cheminot ; Marie-José Subil, 68 ans, retraitée ; Daniel Dravert, 71 ans, retraité ; Marion Auzat, 33 ans, fonctionnaire des finances publiques ; Jean-Michel Duclos, 67 ans, ancien conseiller municipal écologiste ; Anne-Marie Harrand, 73 ans, médecin retraité.

Pierre Peyret

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/55-noms-de-notre-liste-clermont-en-commun/

La Culture pour Tous

Il est indéniable que le mandat qui s’achève a vu des réalisations importantes dans ce domaine comme la construction du lieu identitaire de la Comédie ou le lancement de « Mille Formes », que nos élus ont soutenus. Mais les menaces planent sur les conquêtes que les acteurs de la vie culturelle et artistique de notre ville ont pu obtenir. A quelques exceptions près les subventions aux associations baissent ou stagnent (ce qui revient à une baisse avec l’inflation), cela associé au plan de licenciement des emplois aidés fragilise de nombreuses structures. Alors qu’ils ne devraient être que des aides en formation, souvent les services civiques pallient à l’impossibilité de créer des emplois pourtant nécessaires. Les accommodements divers avec le néo-libéralisme comme le vocabulaire insidieux qui s’installe à base de compétition, d’attractivité, de communication indique une mauvaise direction contraire à la démocratisation de la culture que nous défendons. Est-il normal que nombre d’association soient obligées de se tourner vers des entreprises privées qui non contentes de se payer une communication à peu de frais (elles bénéficient d’une exonération de 60% sur la somme investie) peuvent souvent avoir des exigences importantes en termes de contreparties. Comment ne pas voir dans les politiques de promotion systématique du mécénat l’acceptation forcée des politiques d’austérité et une fragilisation de l’autonomie des structures culturelles qui pourrait se révéler redoutable dans les prochaines années ?

Bien évidemment les réalités économiques ne sont pas simples et rien ne se réglera d’un claquement de doigts mais quand on nous rabâche qu’il n’y a plus d’argent public et qu’il faut aller le chercher ailleurs, nous répondons qu’il y a des choix et des priorités à faire. 

L’égalité devant l’accès à la culture, moyen d’émancipation et d’ouverture au monde doit être une priorité d’une collectivité. C’est pourquoi, par exemple, nous posons la question de la pertinence des grands travaux inutiles (grand stade) ou des opérations de prestige hors sol.

C’est pourquoi nous contestons les arbitrages qui ont été faits en matière culturelle. Pendant que quelques opérations liées à Effervescences et à la candidature de Clermont-Fd comme capitale européenne de la culture ont polarisé la vie culturelle locale, ce sont de nombreuses saisons et festivals culturels municipaux qui ont vu leur budget être réduit de 15 % à 30 %. Le Conte en Fête, Back Ground, les Anatolies… des évènements culturels majeurs dans les quartiers Nord et Sud de Clermont-Fd ne sont plus aujourd’hui que l’ombre d’eux-mêmes, malgré un succès populaire mêlant associations, habitant.es, acteurs culturels locaux. De même, Graines de Spectacles, malgré son travail reconnu de diffusion de spectacles vivants de grande qualité auprès des scolaires, ou les Contre-Plongées qui animent la vie culturelle pendant l’été, toutes ont vu leur budget clairement diminuer.

La politique culturelle d’Olivier Bianchi a donc schématiquement consisté à mettre la priorité sur les grands évènements prestigieux au détriment du travail de terrain et de l’accessibilité de toutes et tous à la culture. Un renoncement à l’ambition de démocratisation culturelle, à peine compensée par le programme Demos. Un renoncement qui a été amplifié par une réforme bâclée de l’ancienne Direction de l’Animation de la Jeunesse et des Loisirs qui a fragilisé les équipes d’animation, et leur capacité à faire vivre la culture dans tous les quartiers de la ville.

Que l’on se réclame de « l’élitisme pour tous » cher à Jean Vilar et Antoine Vitez, ou des diverses cultures populaires qui irriguent notre Ville, avec la liste « Clermont-Ferrand en Commun » conduite par Marianne Maximi, nous voulons sensibiliser et mobiliser toutes celles et ceux qui veulent rester vigilant-e-s vis à vis de politiques qui sapent de toute part le monde de la culture et aider les structures qui œuvrent pour le développement de la culture pour tous.

Nous voulons la culture pour tous mais bien évidemment il ne suffit pas de répéter en boucle ce genre de slogan pour qu’il se réalise. Aussi la médiation en direction des scolaires, des quartiers, des publics empêchés… est fondamentale dans ce processus. De nombreuses associations se sont déjà engagées dans cette démarche souvent de façon discrète et parfois avec l’ignorance voire le mépris de responsables publics. Aussi nous souhaitons renforcer le soutien aux structures qui font ce travail.

Il ne s’agit pas de faire ici l’inventaire de la riche vie culturelle clermontoise mais de donner quelques éléments de notre vision d’une politique culturelle et quelques principes qui sous-tendent notre action.

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/la-culture-pour-tous/

Les 25 premiers noms de la liste « Clermont en commun » ont été présentés, hier

L’article paru dans l’édition du journal La Montagne du 30 janvier 2020

De la mairie du peuple à l’hôtel de ville

Entre une manifestation en soutien aux cinq personnes convoquées après l’intrusion au lycée Blaise-Pascal (*) et un défilé dans les rues clermontoises contre la réforme des retraites, les journées continuent d’être bien remplies pour les membres de « Clermont en commun ». Pas de quoi, cependant, les éloigner de leur objectif du 15 mars et ce premier tour des élections municipales. Au contraire.

Les vingt-cinq premiers noms de la liste composant « Clermont en commun » ont été présentés, hier. Pour la connaître en totalité et dans l’ordre, il faudra cependant attendre quelques semaines. « La démarche continue de se construire », fait remarquer Marianne Maximi, à la tête de la liste soutenue par La France insoumise (LFI). « On tient à ne pas verrouiller les choses. »

Un comité électoral mis en place

Et pour cause, avec « Clermont en commun », la démocratie prédomine, comme ils s’en félicitent tous. « Ce n’est pas moi, Marianne Maximi, ou trois personnes sur un coin de table, qui décidons des personnes sur la liste. » Un comité électoral a été mis en place pour proposer des noms, soumis par la suite à une assemblée générale. Pour quel résultat ? « Une liste qui représente les Clermontois, issus de différents quartiers, de différentes professions, de différents engagements », résume l’actuelle conseillère municipale d’opposition (LFI) âgée de 34 ans.

Une liste jeune, « à l’image de Clermont-Ferrand », où l’on retrouve des militants de La France insoumise bien entendu ou des personnes déjà présentes en 2014 sur la liste alors menée par Alain Laffont. Mais aussi une ancienne élue au conseil municipal (Fatima Chennouf-Terrasse entre 2001 et 2014) ou des Gilets jaunes. Un groupe qui a séduit « des gens d’Europe Écologie Les Verts ou du PCF, qui ont une autre envie pour leur ville ». Figurent, par ailleurs, les chercheurs et militants mobilisés autour de l’urgence climatique du collectif « Nous sommes prêt.e.s », qui ont trouvé là « les garanties optimales de faire une campagne où l’urgence climatique sera au centre de l’action municipale », comme s’en réjouit Diego Landivar.

Enfin, Alparslan Coskun, Florent Naranjo et Laurence Schlienger, actuels conseillers municipaux d’opposition (LFI) aux côtés de Marianne Maximi, sont là pour apporter « leurs connaissances des dossiers ». Et asseoir une certitude : « C’est une occasion historique de proposer un autre Clermont ».

(*) Présente sur la liste Clermont en commun, Anna Mendez, étudiante et ancienne présidente de l’Unef Auvergne, fait partie des cinq personnes convoquées, hier (lire page 3) .

Les 25 premiers noms de la liste :
Pierre-Antoine Augereau, 33 ans, enseignant, militant associatif. Marie-Christine Belouin, 65 ans, retraitée, élue Europe Écologie Les Verts à Pont-du-Château. Alain Bidet, 55 ans, artisan, militant du mouvement climatique. Georges Bollon, 67 ans, retraité de l’action cinématographique. Fannie Brigou, 42 ans, gardienne d’immeuble. Fatima Chennouf-Terrasse, 58 ans, aide médico-psychologique, militante pour le droit au logement. Alparslan Coskun, 54 ans, agent territorial.
Agathe Decaster, 31 ans, enseignante. Florian Diou, 32 ans, bibliothécaire, militant communiste. Louise Douay, 22 ans, étudiante, syndicaliste. Romain Dureau, 25 ans, ingénieur agronome. Noémie Fel, 22 ans, juriste. Alain Foulhoux, 54 ans, agent hospitalier. Romain Lacroze, 24 ans, assistant d’éducation. Diego Landivar, 38 ans, enseignant-chercheur. Marianne Maximi, 34 ans, éducatrice spécialisée. Anna Mendez, 21 ans, étudiante, syndicaliste. Florent Naranjo, 35 ans, auto-entrepreneur. Sylvain Pallut, 34 ans, comptable agricole. Céline Porcheron, 54 ans, ingénieure spécialiste de l’alimentation durable. Christian Raynaud, 65 ans, retraité SNCF, syndicaliste. Nicole Robbles, 51 ans, agente territoriale, syndicaliste. Marie Saillard, 60 ans, syndicaliste. Laurence Schlienger, 52 ans, salariée Michelin, syndicaliste. Marie-Laure Vaure, 44 ans, sans emploi, Gilet jaune.

Pierre Peyret pierre.peyret@centrefrance.com

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/les-25-premiers-noms-de-la-liste-clermont-en-commun-ont-ete-presentes-hier/

“Clermont en Commun a désigné sa tête de liste”

L’article paru dans l’édition du Semeur Hebdo du 6 déc 2019

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/clermont-en-commun-a-designe-sa-tete-de-liste/

“Marianne Maximi, tête de liste Clermont en Commun”

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/marianne-maximi-tete-de-liste-clermont-en-commun/

Bilan de l’Assemblée générale du 29 novembre

L’heure était donc venue pour nous de passer à une autre étape : la désignation d’une tête de liste, l’affirmation des premières mesures que nous proposons pour faire face à l’urgence à la fois sociale, écologique et démocratique, le fonctionnement qui sera le notre tout le long de la campagne… Et tant d’autres choses.

La construction de notre démarche s’inscrit dans le temps long, plus propice à la réflexion et à l’élaboration d’un programme, sérieux, crédible au vu des enjeux qui sont ceux de notre temps. Pendant ces presque deux ans, nous avons animé vingt ateliers thématiques, recueillis des dizaines de contributions individuelles ou collectives, organisés cinq réunions publiques

L’heure était donc venue pour nous de passer à une autre étape : la désignation d’une tête de liste, l’affirmation des premières mesures que nous proposons pour faire face à l’urgence à la fois sociale, écologique et démocratique, le fonctionnement qui sera le notre tout le long de la campagne… Et tant d’autres choses.

Nous nous efforçons ainsi d’appliquer à nous même ce que nous souhaitons mettre en place dans le cadre de notre future politique municipale : la liste complète sera élaborée par un comité dont les membres ne seront pas à la fois juges et parties, le programme co-rédigé avec des associations, des chercheurs… Car nous plaçons la démocratie, la prise de décisions par le plus grand nombre; au cœur de notre projet.

Les premières mesures que nous porterons dans le débat public proposeront la mise en place de la règle verte sur le territoire de la ville et de la métropole clermontoise, le développement des services publics municipaux ainsi que le recours sans cesse accru à un référendum d’initiative locale. Ces mesures sont mises en avant car c’est là encore le choix des participants de l’Assemblée.

Enfin, nous avons élu, à l’unanimité, notre tête de liste pour les élections municipales des 15 et 22 mars à Clermont-Ferrand. Nous avons porté notre choix sur Marianne Maximi, pour de nombreuses raisons. Cette éducatrice spécialisée de 34 ans, est conseillère municipale depuis 2014, élue en compagnie d’Alain Laffont dont elle a été directrice de campagne. Elle est reconnue au sein du mouvement social pour ses nombreux engagements et elle incarne ce que nous souhaitons pour notre ville : une gestion confiée aux mains d’une équipe ayant à cœur de s’occuper de l’intérêt général plutôt que des siens propres, sans compromis ni concession face à ceux qui menacent aujourd’hui les fondements même de notre société, en bradant notre ville aux bétonneurs, ou encore en se lançant sans cesse dans de grands projets qui en plus d’être trop coûteux sont largement inutiles.

Par sa désignation, nous tenons aussi à faire entendre la voix de celles et ceux à qui on ne prête guère d’attention d’habitude, au premier rang desquelles les femmes : est-il normal qu’en 2019 nous soyons la seule liste large à présenter une tête de liste féminine, de moins de 50 ans ?

Nous aurons l’occasion de faire connaître prochainement l’ensemble de notre liste, qui représentera Clermont-Ferrand dans toute sa diversité : géographique, générationnelle, sociale…

Nous avons face à nous deux offres politiques : une proposition à bout de souffle qui viserait à faire croire qu’il est possible de continuer comme avant et une autre complètement néolibérale, pilotée par les intérêts des plus hautes sphères du pouvoir politique et industriel du pays.

Nous serons donc, par la force des choses, la seule proposition politique sérieuse et crédible en lice pour cette élection municipale. Comptez sur nous pour jouer un rôle de premier plan pendant cette campagne, pour faire connaitre nos propositions, pour représenter au mieux l’ensemble des habitant.es de Clermont-Ferrand, autant que nous comptons sur vous pour nous rejoindre, nous faire profiter de vos savoirs et de votre dynamisme, car c’est seulement ensemble que nous ferons de Clermont-Fd la ville de demain, la ville en Commun !

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/bilan-de-lassemblee-generale-du-29-novembre/

“Clermont en commun s’affiche”

Cliquer sur ce lien pour télécharger la page en pdf

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/clermont-en-commun-saffiche/

Des “chefs de file” soutenus par La France insoumise pour Clermont-Ferrand, Chamalières, Beaumont et Cournon-d’Auvergne

Le comité d’animation du mouvement Villes en commun, soutenu par La France insoumise, a présenté des « chefs de file ». Ils seront chargés d’élaborer le programme et les listes pour les municipales sur Beaumont, Chamalières, Clermont-Ferrand et Cournon-d’Auvergne.

Attention, ils ne sont pas « têtes de listes », mais chefs de file. C’est-à-dire chargés de faire vivre jusqu’aux élections municipales la dynamique enclenchée par le mouvement Villes en commun que soutient la France insoumise de Jean-luc Mélenchon.

Ce vendredi, le comité d’animation Villes en commun sur Clermont Auvergne Métropole a présenté ses premiers binômes, en mode précurseurs de campagne, pour les mairies de Clermont-Ferrand, Beaumont, Chamalières et Cournon. L’élaboration « collective » du programme et des listes suivront.

Présentations des candidats et des listes annoncées pour : le 29 novembre à Clermont-Ferrand, en décembre ou en début d’année ailleurs. « Avec des communes qui viendront se rajouter. »

Le comité d’animation de Clermont Auvergne explique que « les groupes travaillent à rassembler sur d’autres communes de la métropole » à travers des « mouvements citoyens, politiques, associatifs avec le soutien de La France insoumise ».
En attendant, quatre binômes ont été présentés.

Des élus vous parlent de leur quotidien et des difficultés de leur fonction.

Beaumont en commun. Chefs de file : François Ulrich, 61 ans, enseignant, élu d’opposition à Beaumont sur une liste d’union de gauche ; Séverine Dayen, psychologue.
Chamalières en commun. Chefs de file : Luc Condamin, 50 ans, ancien conseiller municipal (PS, 2008-2014) ; Katia Chomette-Macri, retraitée de l’Éducation nationale.
Clermont en commun. Chefs de file : Marianne Maximi, 34 ans, éducatrice spécialisée ; Alparslan Coskun, 55 ans, photographe-graphiste, fonctionnaire territorial. Tous les deux sont conseillers municipaux, groupe La France insoumise.
Cournon en commun. Chefs de file : Jean-Louis Leleu, 68 ans, comptable à la retraite ; Agnès Tassain, 58 ans, institutrice.
Anne Bourges
anne.bourges@centrefrance.com

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/presentation-villes-en-commun/

Le temps est venu de faire la ville en commun

L’article de La Monatgne du 9 février 2019

Ne laissons pas livrer la ville aux actionnaires.
Un vent mauvais souffle sur notre pays. L’extrême droite, le parti de la haine, du racisme et des inégalités gagne de trop nombreux suffrages. Comme en miroir dans un numéro de duettiste le président des riches répond à la colère populaire par le mépris, le dénigrement et la répression. Ce vent mauvais n’épargne pas notre métropole. Le 13 juin 2018, O. Bianchi s’est déclaré candidat à sa succession, se vantant d’avoir « fait du Macron avant Macron ».
Tout à son idée de ville « attractive et rayonnante » destinée à attirer de riches investisseurs, l’actuel président de la Clermont Auvergne Métropole et sa majorité ont continué à miser sur les opérations ronflantes : grand stade, communication autour de « capitale européenne de la culture », opération immobilières « de standing » comme l’Hôtel-Dieu… quitte à la livrer aux actionnaires et aux promoteurs, et à rejeter les plus modestes à la périphérie de l’agglomération. Le constat est d’autant plus sombre que le pacte de Cahors, voté par la majorité d’Olivier Bianchi, lui a lié les mains et l’a condamné à étrangler encore son budget au détriment des agents, des associations…

Conférence de presse du 2 février 2019

Dans la continuité
des combats du docteur Laffont

Pour nous, ce 13 juin a surtout été le jour où nous avons perdu notre camarade Alain Laffont, le président de notre groupe, celui qui a incarné sans concession la gauche pendant 40 ans, défendu les intérêt du peuple face à la finance et aux bétonneurs, lutté contre les projets inutiles et anti-écologiques comme l’incinérateur… Le Docteur s’en est allé sans avoir rien lâché de ses convictions et ses combats. Il laisse un grand vide, et malgré lui, un nouveau désert médical dans son quartier des Vergnes.
Depuis, Gilets jaunes, marches pour le climat, syndicalistes et associations, citoyennes et citoyens révolté.es expriment un ras-le-bol des fausses promesses et des politiques qui ne servent que les puissants sans tenir compte des urgences sociales et climatiques.

Il faut répondre aux attentes des classes populaires

Le défi est à la hauteur des enjeux écologiques, démocratiques, économiques et sociaux. Et des attentes, qui s’expriment dans la rue, au travail, dans les associations, ou simplement par un regard bienveillant sur nos villes ou nos quartiers. Ce sont celles des citoyen.nes qui ne se résignent pas, et qui devront s’unir pour refaire de notre ville notre lieu de vie commun.
C’est en pensant à eux, à vous, à nous que nous avons lancé Ville(s) en Commun, il y a un an. Tables rondes, ateliers, discussions, meetings… autant d’occasions d’échanger, de croiser les regards, de mener les actions, de favoriser les projets de toutes celles et ceux qui ont compris que la transition est urgente.
Cette démarche coopérative doit s’amplifier. C’est dès aujourd’hui que l’on construit l’avenir.
Cliquer pour télécharger le brochure en pdf “Le temps est venu de faire la ville en commun

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/le-temps-est-venu-de-faire-la-ville-en-commun/

Vœux

Voilà, une tranche relative du temps qui vient encore de s’écouler !

Que vous partagiez pleins d’autres moments à venir
avec une conscience qui vous rappelle chaque moment qui vous êtes et d’où vous venez dans un corps sain qui vous donne la force pour faire face à toutes les difficultés qui se présentent ;
avec une intelligence et un courage capables de reconstruire à tout moment une vie après toute destruction ;
avec un visage toujours souriant, une oreille toujours attentive aux autres, une langue capable d’exprimer son amour et ses idées avec liberté, un œil capable de saisir autrement chaque moment et chaque lieu !

Et que vous ayez la capacité
de profiter de la vie comme vous le souhaitez et non comme vous le pouvez ;
de vivre en harmonie et en paix, pas seulement avec les êtres humains, mais également avec la nature et avec tous ses êtres vivants ;
de trouver un remède pour vos soucis par vous même et non par les autres ;
de prendre le plaisir de vivre sans se plaindre quel que soit les conditions de vie !

Un bel avenir harmonieux en commun ! Qu’il soit sous le signe de l’amour, du partage, de la fraternité, de l’égalité, de la solidarité, et de la combativité !

Lien Permanent pour cet article : http://acoskun.fr/meilleurs-voeux-2019/